Les morales de Diderot, hier et aujourd’hui

Argumentaire du colloque organisé par Odile Richard-Pauchet et Gerhardt Stenger, qui se tiendra à Cerisy-la-Salle en août 2020.

Tout le monde connaît le mot de Diderot : son« tic », avoue-t-il dans la Satire première, c’est de « moraliser », autrement dit de « faire des réflexions morales » selon la définition des dictionnaires de l’époque. Ces réflexions morales, on les trouve d’abord dans la correspondance et les contes. Diderot y interroge ses correspondants et son lecteur sur des cas de conscience (problématiques), qu’il s’agisse de l’avocat qui a livré un fripon à la justice, de la fille qui veut se faire faire un enfant, du comportement de Gardeil ou de l’infidélité de Desroches. « Est-il bon ? Est-il méchant ? » Il s’agit alors de montrer en quoi cette mise en forme qui introduit de gré ou de force le lecteur dans une interrogation, dans une « expérience morale » (L. Crocker), est une technique tout à fait spécifique de Diderot conteur. On montrera aussi, de manière plus générale, comment chez Diderot la littérature sert à mettre en scène les interrogations et les doutes, à confronter la loi morale universelle à des situations concrètes et particulières.

Les cas de conscience évoqués dans la correspondance et les œuvres de fiction ne peuvent pas être résolus de manière définitive, « ce serait une dispute à ne finir qu’au Jugement dernier » (Ceci n’est pas un conte). Chaque cas est unique, ce qui interdit qu’on puisse se référer à une éthique, à un traité de morale, pour le résoudre. N’y aurait-il pas plusieurs morales ? Une morale « propre à une espèce d’animaux, et une morale propre à une autre espèce » (Salon de 1767) ? Une morale propre à différents individus ? aux artistes, aux commerçants, aux philosophes et ainsi de suite ? La diversité des comportements individuels grève toute tentative d’élever une norme morale au rang d’idéal humain. Diderot a longtemps cru pouvoir fonder une morale universelle sur des principes autres que religieux – la philosophie de Shaftesbury, le fatalisme matérialiste de la Lettre à Landois – mais il n’a jamais pu refouler la tentation du relativisme moral, la revendication de morales particulières, sinon l’absence de toute morale. On a depuis longtemps fait justice de la contradiction insoluble entre le cœur et la raison de Diderot, d’une prétendue incompatibilité entre matérialisme et morale, mais il n’en est pas moins vrai que Diderot est incapable de réfuter en bonne et due forme l’amoralisme du Neveu de Rameau qui ne fait que se conformer aux valeurs de son époque. Son interlocuteur a beau marteler que la vertu fait le bonheur de l’homme : Rameau lui rétorque sans difficulté que les exemples du contraire sont légion : ne voit-on pas « une infinité d’honnêtes gens qui ne sont pas heureux ; et une infinité de gens qui sont heureux sans être honnêtes » ? La leçon tirée par Diderot de l’échec de la morale universelle fondée sur l’équivalence de la bienfaisance et de la vertu est d’ordre politique : ce qui est relatif, c’est la vertu, ce qui est universel, c’est la justice. Mais des questions embarrassantes surgissent aussitôt : est-il permis de se mettre au-dessus de lois profondément injustes ? Les révolutions sont-elles moralement justifiables ? Quelle est la place du philosophe auprès des souverains ? Jusqu’à quel point est-il moralement justifiable de se laisser instrumentaliser pour leur propagande ? On tâchera de montrer en quoi les dernières œuvres de Diderot, notamment politiques et morales, témoignent d’un engagement politique marqué par une radicalisation sensible.

Comment pourrait-on oublier enfin qu’à côté du Diderot moraliste il existe un Diderot moralisateur dont les héros s’appellent Richardson, Greuze et Dorval ? Ce Diderot-là prêche éloquemment la vertu dans ses drames bourgeois et rejette la peinture libertine jusqu’à prôner l’autodafé des tableaux de Boucher. Le philosophe trompe sa femme sans regret tout en inculquant à sa fille une morale bourgeoise à mille lieues de ses audaces philosophiques cachées dans son portefeuille. Fanfaron de vertu, Diderot est difficilement supportable quand il admoneste sa sœur, son frère ou encore mademoiselle Jodin, quand il traite Mlle Arnould de « petite gueuse » parce qu’elle a quitté son amant dont elle avait un enfant. Paradoxe ou double jeu du philosophe qui renverse l’édifice des normes dans ses œuvres pour mieux les imposer à ses proches ? La glorification du corps et l’exaltation du sexe va de pair avec la soumission totale à un époux : Diderot ne confondait pas pour Angélique, philosophie et bonnes mœurs.

Le temps n’est plus où la philosophie académique regardait Diderot de haut. Aujourd’hui, il intéresse les philosophes, les historiens ou les juristes, mais aussi les biologistes et les médecins. L’auteur du Rêve de d’Alembert a fait tomber la barrière des espèces et nié l’essence particulière de l’homme ; les recherches contemporaines concernant le clonage ou les modifications génétiques, les biotechnologies modernes sont lourdes d’implications morales qui auraient passionné Diderot. Même chose pour les problématiques actuelles de bioéthique qui mobilisent les différents Comités d’éthique nationaux depuis quelques décennies. Nul doute que la question des cellules-souches, de la GPA ou de l’euthanasie nous auraient valu quelques chapitres supplémentaires des Éléments de physiologie. Quelle morale Diderot aurait-il proposé pour le XXIe siècle ?

Appel à communications : Colloque international « Diderot, la religion, le religieux »

Colloque international « Diderot, la religion, le religieux »

Université Paris-Diderot, 3-4 octobre 2019

Colloque organisé par la Société Diderot, l’Université Paris-Diderot (CERILAC-EA4410 et axe THELEME), l’Université de Lorraine (Écritures-EA3943) et l’Université de Picardie

Appel à communications

Sous cet intitulé volontairement général et résolument monographique, le colloque souhaite éclairer les enjeux d’une question qui n’a jamais donné lieu à une exploration d’ensemble. Si l’on conçoit que son matérialisme athée ait empêché qu’il y ait pour Diderot des études comparables à la célèbre somme offerte par René Pomeau sur La Religion de Voltaire (Nizet, 1956), on peut néanmoins s’étonner que les rapports du philosophe langrois au religieux, à la religion et aux religions, aient suscité relativement peu de travaux.

On connaît la célèbre formule de la Promenade du sceptique (1747) : « Imposez-moi le silence sur la religion et le gouvernement et je n’aurai plus rien à dire. » Encore faut-il s’entendre : il ne s’agit pas tant de revenir sur les positions idéologiques  de Diderot que de mesurer l’importance de la place de la religion dans sa trajectoire et dans son œuvre, sans minimiser la satire anticléricale, la critique du « code » religieux ni les ruses du discours hétérodoxe, mais sans non plus s’y limiter a priori. On examinera ainsi à nouveaux frais les attitudes diderotiennes à l’égard de la religion, du religieux et des régimes de la croyance.

Trois séries de questions pourraient notamment être envisagées :

1/ Quels sont  les modes de présence de la religion dans le discours de Diderot, les formes de son hostilité, mais aussi de sa curiosité ? Comment celle-ci se manifeste-t-elle ? Comment prend-elle en compte la diversité et l’historicité des confessions, des rites, des dogmes, de la morale religieuse ? La fiction interroge-t-elle de manière spécifique la croyance et ses mécanismes ? Ces derniers ne sont-ils pas « genrés » ? On pourra également considérer les relations, complexes, de Diderot à la Bible.

2/ Quels sont les rapports de Diderot à la religion en tant qu’institution sociale ? Dans l’esprit du colloque Voltaire et ses combats, organisé et publié par Ulla Kolving et Christiane Mervaud (Voltaire Foundation, 2 vol., 1994), on pourra notamment éclairer ses démêlés avec l’église et la censure ecclésiastique, les anti-philosophes, les jésuites et les jansénistes, son attitude vis-à-vis des convulsionnaires et des miracles et, plus largement, son rapport à la tolérance et au fanatisme. On sait de quel potentiel poétique Diderot a chargé le phénomène religieux en tant que producteur d’états-limites. La « beauté convulsive » de La Religieuse (Jean Sgard) existerait-elle sans la puissante empreinte de la crise convulsionnaire sur les esprits du temps, et sur Diderot en particulier ? On sera ainsi sensible à l’esthétique du corps religieux dans les Salons.

3/ Plus largement, quelle est la sensibilité diderotienne au religieux ? Dans quelle mesure, par exemple, peut-on parler d’un idéal de croyance, investi dans la question de l’immortalité et de la postérité ?  « L’amour, l’amitié, la religion, sont à la tête des plus violents enthousiasmes de la vie » (Lettre à S. Volland, 24 juillet 1762). N’y a-t-il pas pour Diderot une religiosité qui s’étend à bien des domaines autres que la religion ? Et quel serait, ici, l’enjeu de stratégies s’attachant précisément, comme dans Le Neveu de Rameau ou Le Rêve de d’Alembert, à absenter la religion et la divinité du discours ?

Ces interrogations, qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, n’excluront par ailleurs aucune approche disciplinaire ; on pourra prendre en charge une ou plusieurs œuvres de Diderot, s’y consacrer au commentaire de texte comme à la synthèse transversale, ou prendre appui sur la biographie. On aura toutefois soin de respecter le cadre monographique du colloque, consacré à Diderot et non aux Lumières en général.

Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes) comportant le titre provisoire, la problématique et le corpus envisagé, sont à envoyer au comité d’organisation avant le 15 mars 2019 aux adresses suivantes : Sylviane Albertan (sylviane.albertan-coppola@wanadoo.fr), Marc Buffat (mbuffat@orange.fr),  Florence Lotterie (florence.lotterie@univ-paris-diderot.fr).

Rendez-vous : Assemblée générale et Diderot en prison

L’Assemblée Générale annuelle de la Société Diderot aura lieu le 19 mai 2018, au château de Vincennes à 17 heures.

Elle sera suivie de la visite du château, d’une brève collation et d’une représentation de Diderot en prison de Gerherdt Stenger. Le spectacle durera une heure et sera suivi d’un débat.

L’entrée est de 12 €. Nous vous prions de réserver vos places pour le spectacle, par téléphone au numéro 01 43 28 15 48.

Au plaisir de vous rencontrer à cette occasion.

Diderot et la Renaissance

Biennale des Lumières 2016Marie Leca-Tsiomis donnera une conférence sur les relations entre Diderot et la Renaissance, le 22 mai 2018, à 18 h, à Langres (Maison des Lumières – Denis Diderot, salle Colson). Elle évoquera la perception de la Renaissance par les Lumières et en quoi les Lumières se sont elles-même perçues comme une renaissance.

Entrée libre. Plus d’information : http://www.forum-diderot-langres.fr/biennale-des-lumieres.html.

Cette conférence est organisée par le Forum Diderot Langres, dans le cadre de la Biennale des Lumières, du 22 au 25 mai 2018. Le thème choisi pour cette édition est la Renaissance, une des période de l’Histoire qui a façonné la ville de Langres, élargi à l’idée des Renaissances.

« Les Renaissances » c’est la régénération permanente de la pensée humaniste face aux forces destructrices et mortifères, le renouvellement perpétuel de la création face aux forces passives prônant l’immobilisme ou le retrait.

Trois manifestations sont programmées, dans l’écrin historique, culturel et architectural de Langres.

  • Une conférence : « Diderot et la Renaissance » par Mme Marie Leca-Tsiomis, présidente de la Société Diderot.
  • Un spectacle : « Tous les philosophes sont des cons même Socrate » par Alain Guyard, philosophe.
  • Un concert par l’Ensemble Vocal Montéclair : « Chansons Renaissance et autres merveilles » avec notamment, en création, des œuvres de musiciens ayant exercé à Langres à la période Renaissance. L’enregistrement du concert est envisagé.

Journée d’étude sur le 18e siècle français (Budapest, 29 mars 2018)

Une Journée d’étude sur le 18e siècle français, dit « Siècle des Lumières », se tiendra le jeudi 29 mars, de 9h00 à 16h30, à l’Institut français de Budapest. Elle soulignera le tricentenaire de la naissance de Jean Le Rond d’Alembert (1717-1783), co-éditeur de l’Encyclopédie avec Denis Diderot.

Divers spécialistes hongrois des Lumières françaises présenteront leurs travaux autour de trois thématiques : Philosophie des Lumières, Esthétique des Lumières (arts et littérature), Lumières françaises et culture hongroise.

Ces échanges, coordonnées par Paula Marsó, seront encadrés par deux conférences magistrales consacrées à d’Alembert, présentées par Eszter Kovács de l’Université de Szeged et Claude Dauphin, musicologue/dix-huitiémiste et professeur à l’Université du Québec à Montréal.

La journée sera placée sous la présidence d’honneur de son excellence Madame Isabelle Poupart, ambassadrice du Canada à Budapest et sous l’égide de l’Institut français de Budapest.

 

Diderot, les Lumières et la cure thermale

Odile Richard-Pauchet donnera ce mercredi 18 octobre à Limoges une conférence sur le thème « Diderot, les Lumières et la cure thermale », dans le cadre d’un cycle « République et Santé ».

« On conçoit généralement les voyages comme un déplacement dans l’espace. C’est peu, remarque le grand explorateur Claude Levi-Strauss. Un voyage s’inscrit simultanément dans l’espace, dans le temps, et dans la hiérarchie sociale » (Tristes tropiques).

Il en est ainsi du retour de Diderot dans sa Langres natale à l’été 1770. C’est un long voyage harassant de deux jours en voiture de poste, pour ce philosophe devenu parisien. Mais c’est aussi un voyage dans l’espace social : il y accompagne deux amies aux eaux (très à la mode) de Bourbonne-les-Bains ; il vient marier sa fille à un fils de notable langrois ; il reprend aussi contact, dans cette Champagne « pouilleuse », avec la misère rurale, devenue bien abstraite depuis Paris. Enfin, c’est un voyage dans le temps : le philosophe y retrouve intacts ses vieux démons familiaux et sentimentaux. Tout cela, il s’efforce de le dompter par l’écriture, transformant en voyage d’étude scientifique cette odyssée mélancolique : « J’ai passé là une partie de mon temps à m’instruire ; des eaux, de leur nature, de leur ancienneté, de leurs effets, de la manière d’en user, des antiquités du lieu, et [j’en ai] fait une lettre à l’usage des malheureux que [leurs] infirmités pourraient y conduire » (lettre à son amie Sophie Volland, 23 août 1770).

Nous verrons comment l’Encyclopédiste envisage la cure thermale au temps des Lumières, ses bienfaits inexpliqués, son caractère de « placebo », son cortège de préjugés tenaces, et la faiblesse de la médecine en général. Ce qui est sûr, c’est que la meilleure partie de la cure, pour Diderot, c’est le voyage lui-même : « Les eaux les plus éloignées sont les plus salutaires, et le meilleur des médecins est celui après lequel on court et qu’on ne trouve point ».

 

Conférence Diderot, les Lumières et la cure thermale
Mercredi 18 octobre 2017 de 17h à 19h
Université de Limoges, rue C. Guérin, 39 E à Limoges.
Amphithéâtre Vareille
https://www.flsh.unilim.fr/events/event/conference-diderot-lumieres-cure-thermale/

Autour du ce sujet, Odile Richard-Pauchet a publié, de Diderot le Voyage à Bourbonne et à Langres ainsi que, en collaboration avec Christine de Buzon, les Actes de deux colloques qui se sont tenus à Limoges, Le corps et l’esprit en voyage : le voyage thérapeutique (2012), et Littérature et voyage de santé (2017).

Assemblée générale extraordinaire : 18 mars 2017

À l’occasion de ses 30 ans, la Société Diderot se dote de nouveaux Statuts. Amateurs et spécialistes de Diderot et de l’Encyclopédie sont tous chaleureusement conviés à en débattre lors de l’Assemblée générale extraordinaire qui se tiendra à la Sorbonne nouvelle, à Paris le 18 mars 2017. Elle sera suivie d’un repas et d’une lecture-spectacle du Neveu de Rameau – détails pratiques ci-après. N’hésitez pas à diffuser cette information autour de vous.


Programme complet de la journée

Matinée (10h-13h)

Assemblée générale extraordinaire (Université de la Sorbonne nouvelle).

Ordre du jour : présentation des nouveaux statuts  soumis au vote (ici les statuts en vigueur), débat, votes sur des alternatives, vote sur l’ensemble.

Assemblée générale ordinaire

Ordre du jour : budget prévisionnel, discussion sur les orientations de la Société et sur de futurs projets, questions diverses.

Réunion du Conseil d’administration.

Ordre du jour : nouvelles fonctions à pourvoir (site et comités de rédaction).

Déjeuner au restaurant Founti Agadir (117 rue Monge), de 13h à 15h.

Lecture-spectacle du Neveu de Rameau, suivie d’une discussion (15h-17h)

Création au Festival d’Avignon en 2009, lecture par Damien Houssier (Lui) et Maxime Kerzanet (Moi), adaptation par Gerhardt Stenger, direction artistique par Françoise Thyrion avec la complicité de Michel Valmer, directeurs de la Compagnie Science 89 et de la Salle Vasse à Nantes.


Informations pratiques

Adresse du jour : Université de la Sorbonne nouvelle, 13 rue de Santeuil Paris Ve (métro Censier-Daubenton), 3e étage, salle Las Vergnas, salle 366.

Il faut être en ordre d’adhésion pour participer aux assemblées générales. Selon les Statuts actuels, l’Assemblée chargée de modifier les Statuts « doit se composer du quart au moins des membres en exercice » (à jour de leur cotisation) et « les statuts ne peuvent être modifiés qu’à la majorité des deux tiers des membres présents ou représentés ». Une procuration nominale peut être adressée à un autre membre, qui ne pourra disposer que d’une seule procuration. Merci de vérifier que la personne à qui vous donnez une procuration pourra l’utiliser.

Restaurant : Founti Agadir, 117 rue Monge, Paris Ve (métro Censier-Daubenton). Le prix du repas (plat, dessert, café et vin) s’élève à 28 € (15 € pour les étudiants) ; il comprend un coucous (viande au choix), le vin, le dessert et le café.

L’inscription préalable pour l’accès à l’université à est obligatoire dans le cadre du plan Vigipirate. L’inscription au repas est également indispensable. Pour ce faire, cliquez ici (ce lien créera un mail adressé aux destinataires adéquats) ou envoyez un message à evanzieleghem@yahoo.fr.

Nous vous attendons nombreux.

Rencontre autour d’Anne-Marie Chouillet

Rencontre autour d’Anne-Marie Chouillet

Mercredi 19 octobre 2016 à partir de 17h 30 à l’Observatoire de Paris, salle du Conseil, puis Coupole Arago.

Anne-Marie Chouillet a organisé tant de rencontres pluridisciplinaires, que ce soit autour de la société Diderot, de la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, autour d’un projet éditorial, d’un congrès ou d’un colloque, voire tout bonnement autour d’une tablée chaleureuse ou d’une belle pièce de musique, qu’il serait difficile de les faire revivre toutes lors de l’hommage que nous lui rendrons le 19 octobre et auquel nous vous convions. Nous y évoquerons simplement, par la voix de ceux de ses amis qui le souhaitent, quelques motifs du riche tissu de sa vie, que parcourt le discret mais solide fil conducteur de la passion du travail collectif. À la suite de ces évocations, nous pourrons, guidés par Jean Souchay, observer le ciel depuis la coupole de l’Observatoire.

Dans les mois qui viennent, un concert en l’honneur d’Anne-Marie sera organisé par Denis Chouillet et ses amis musiciens, comme lors de la remise des Mélanges, Sciences, Musiques, Lumières en 2001. La date exacte et le lieu de ce concert vous seront communiqués dès que possible.

Pour l’organisation de la rencontre, grand merci de nous faire savoir au plus tôt si vous souhaitez être présent et si vous souhaitez intervenir.

La Société Diderot et Denis Chouillet

 

Rencontres philosophiques de Langres 2016 : Le politique

Du 3 au 9 octobre 2016, les 6èmes Rencontres philosophiques de Langres seront consacrées au politique. Le programme des conférences et séminaires de philosophie (encore provisoire) est disponible ici.

Les Rencontres Philosophiques de Langres sont initiées par le ministère de l’Éducation nationale et organisées par le Forum Diderot-Langres et la ville de Langres. Elles contribuent à la formation continue des professeurs de philosophie mais elles sont également accessibles à un large public. Elles s’articulent autour d’une notion philosophique fondamentale inscrite au programme des classes de Terminales. Ce thème philosophique est abordé de façon diverses : conférences, débats, rencontre avec des auteurs, mais aussi des propositions culturelles multiples (films, expositions, spectacle vivant, installations, lectures). Les Rencontres philosophiques de Langres offrent l’occasion d’échanges permettant d’élargir et approfondir la réflexion de chacun, mais aussi de penser ensemble à la manière d’enseigner la discipline au lycée.

La transmission du questionnement et de la culture philosophiques aux jeunes générations est au cœur de ces Rencontres philosophiques. Elles sont un lieu privilégié de la formation des cadres et des formateurs. Les Rencontres philosophiques de Langres comptent parmi les grands rendez-vous culturels et scientifiques du ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Manufacture de l’Encyclopédie : agenda 2016

Voici le programme des prochaines séance du séminaire “Manufacture de l’Encyclopédie”.

Pour rappel, les séances ont lieu à l’Université Pierre et Marie Curie (métro Jussieu) à Paris, couloir 15-16, 4eme étage, salle 413, une fois par mois au moins, le jeudi ou vendredi, de 13h30 à 17h (sauf la dernière séance, 9h-17h), afin de permettre à ceux qui demeurent loin un retour après la séance.

 Jeudi 21 janvier 2016, 13h30-17h

  • Marie Leca-Tsiomis et al. (U. Nanterre CSLF ) : « L’article ENCYCLOPEDIE » : annotation à plusieurs mains (astronomie, physique, manufacture en soie, musique et langue) »
  • Colette Lelay : (Centre François Viète, U. Nantes) : « L’article Lune ».

 Vendredi 19 février 2016, 13h30-17h

  • Daniel Roche, (Coll. de France) : « Le Cheval et les philosophes »
  • Marion Chottin (Cnrs) : « L’article Aveugle ».

 Vendredi 18 mars 2016, 13h30-17h

  • Alain Sandrier (U. Nanterre CSLF ) : « L’article Prêtres ».
  • Georges Dulac (Cnrs) : « Article  RUSSIE et quelques autres ».

Jeudi 21 avril 2016, 13h30-17h

  • Rémi Franckowiack (U. Lille-1) « Alsace et autres articles miniers ».
  • Pierre Chartier (U. Denis-Diderot) : « L’article INTOLERANCE »

Jeudi 19 mai, 13h30-17h

  • Hugues Chabot (U. Lyon-1) : « Articles sur le froid ».
  • Michael Bycroft  ( U. of Warwick) : « Articles sur les pierres précieuses ».

Vendredi 17 juin, 9h-17h 

  • Stéphane Schmitt (Cnrs) :« Articles d’histoire naturelle ».
  • Adrien Paschoud et Barbara Selmeci-Castioni, (U. de Lausanne) : « articles Allégorie, Egypte et Egyptiens, Emblème, Hypotypose, Vision ».
  • Fabrice Moulin (U. Nanterre, CSLF ) : « Architecte »
  • Pierre Frantz (U. Paris IV) : « Articles sur le théâtre »

Programme 2015 du séminaire « Manufacture de l’Encyclopédie »

Le Séminaire « Manufacture de l’Encyclopédie » est organisé par Marie Leca-Tsiomis (Cslf, U. Paris Ouest-Nanterre) Irène Passeron (Cnrs, Institut mathématique de Jussieu) avec le concours de la Société Diderot et du Comité D’Alembert de l’Académie des sciences.

Ouvert il y a quatre ans, il est régulièrement suivi par un auditoire de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, de doctorants de différentes nationalités et de différents horizons.

L’Encyclopédie, par définition, est multiple et appelle la réflexion collective menée au séminaire, les échanges suivis entre spécialistes, grâce à la régularité des rencontres et aux débats qui s’y mènent.

Les membres du séminaire participent au projet ENCCRE (Édition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie, qui concrétise et développe cette approche et répond à cette multiplicité. Ce projet entre désormais dans une phase de réalisation.

Il s’agit désormais de travailler sur les articles eux-mêmes, non seulement leur auteur, mais aussi leur contenu, leur inscription dans les débats d’époque, leurs enjeux manifestes ou latents, leur inscription dans les polémiques, leur originalité, etc. .

Les séances de 2015 organisées en collaboration avec Alain Cernuschi (U. de Lausanne) seront donc consacrées à l’élaboration de l’annotation critique.

Sur la base d’un corpus restreint, chaque intervenant présentera ce qui devrait être à ses yeux la base de l’édition critique annotée d’un article ou d’un ensemble d’articles.

L’enjeu global est de mesurer quels sont les aspects les plus importants / significatifs / urgents à prendre en considération, parmi lesquels on peut citer (liste ouverte dont tous les points ne seront pas nécessairement traités par l’intervenant, il s’agit dans un premier temps de construire un schéma d’annotations possibles qui enrichissent l’intelligibilité, la lecture et l’utilisation d’un article) :

 

  • importance de la date du volume, de la marque d’auteur, de la datation, du désignant, des renvois (provenant du collaborateur ? des éditeurs ? de la traduction de Chambers ?), des Errata, etc…
  • éclaircissements demandés par le texte (lexicaux, scientifiques, etc.)
  • sources compilées (impliquant la mise en évidence des éventuelles opérations de coupe, collage, réécriture) : Chambers, Trevoux, autres dictionnaires ou ouvrages.
  • circonstances de la rédaction et de la publication.
  • horizon de référence et enjeux (références bibliographiques, inscription dans des débats du temps, innovations).
  • plan de l’article.
  • correspondances internes avec d’autres articles (p. ex. via la Table de Mouchon)
  • réemplois du texte ou réécriture (dans des œuvres personnelles, etc.) et plus généralement échos dans l’œuvre du collaborateur.
  • réception du texte (comptes rendus, polémiques, exploitation dans des ouvrages de type “Esprits”).
  • bilan bibliographique (savoir acquis sur le texte en question ; historiographie).
  • variantes du texte (différents tirages ; rééditions italiennes , genevoises).

 

Ces séances aboutiront à l’établissement d’un protocole d’annotation critique dont le bilan sera présenté lors de la réunion de Luminy (CIRM) du 5 au 9 octobre 2015. A cette fin, nous demandons à chaque intervenant de préparer à l’issue du séminaire une synthèse du travail exposé et des discussions.

 

Programme des prochaines séances

Les séances ont lieu à l’Université Pierre et Marie Curie (métro Jussieu) ; une des séances aura lieu à Lyon (voir ci-dessous). La liste des articles qui feront l’objet du séminaire sera envoyée au préalable afin que chacun puisse les lire. Les présentations d’annotations durent 45mn à peu près, pour laisser le temps aux échanges et synthèses.


Jeudi 12 mars 2015, 14h-18h30, Jussieu, couloir 15-25, salle 104 :

Hugues Chabot : système (Métaphysique), HYPOTHESE (Métaphysiq.), articles sur le froid par Ratte,

Irène Passeron et Frédéric Chambat : Figure de la Terre (Phys. et Géographie) ;

Stéphane Pujol :Morale, s. f. (Science des mœurs).

 


Mercredi 8 avril 2015, 14h-18h Jussieu, couloir 15-16, salle 413 :

Daniel Teysseire : MEDECINE, s.f. (Art et Science)”, t. 10 [1765], p. 260a ligne 72 à la p. 275b l. 69 [“Extr. de la préf. du Dict. de Méd. traduite par M. Diderot, de l’angl. du D. James (D.J.)”] ;

Jean-Paul Leclercq : damas, (Manufact. en soie), et autre articles)

 


Mercredi 6 mai 2015 à Lyon, 14h-18h (Institut Camille Jordan, Campus de La Doua-Villeurbanne, 20mn de tram de la Part-Dieu, arrêt U. Lyon 1)

Fabrice Ferlin, articles d’optique ;

Alexandre Guilbaud (CONSTRUCTION de Bellin et VAISSEAUX, anonyme…)


Mercredi 17 juin 2015 14h-18h Jussieu, couloir 15-16, salle 413 :

Malou Haine, articles de Lutherie ;

Alain Cernuschi : “Les interventions musicographiques de D’Alembert: une contribution progressive”

 

Liste des intervenants (dans un ordre non encore arrêté) :

Pierre Crépel et Bernard Bru (Fortuit, (Métaphys.))

Elise Pavy (Composition, en Peinture)

Alain Sandrier (Prêtres, s. m. pl. (Religion & Politique)

Christophe Schmit (Dynamique)

Colas Duflo (JOUER et autres art. de Jeu)

 

… nous serons donc amenés à faire des séances composées, ce qui rendra les échanges d’autant plus fructueux…

La manufacture encyclopédique : prochains rendez-vous

Présentation du séminaire : ici.

Lors de la prochaine séance, nous nous proposerons de dresser, autour de la traduction de la Cyclopædia, une typologie des emprunts tant de Chambers que d’autres ouvrages, faits par D’Alembert notamment dans ses articles de physique et de mécanique. Ce sera une occasion, bien que modeste, de démontrer la possibilité toujours ouverte des recherches de fond sur les « sources » de l’Encyclopédie.

 

Séminaire « La Manufacture encyclopédique »

Organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (SYRTE, CNRS).

Annonce de la prochaine séance du séminairePour les lieux de réunions, voir la fin de ce message.

Empruntant l’expression à une lettre polémique de 1751 dans laquelle Diderot était ironiquement nommé « Directeur de la manufacture encyclopédique », Jacques Proust donna cet intitulé au second chapitre de son Diderot et l’Encyclopédie, où il traite de l’histoire commerciale de l’ouvrage, de ses souscripteurs, de sa réception, et de ses rapports avec le pouvoir. Si nous avons choisi cet intitulé pour le séminaire que nous vous proposons de rejoindre, c’est que le terme de « manufacture » nous renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien ce qui nous intéresse.

Sans nier l’importance des grands textes d’escorte et de présentation, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leurs lectures qui, à elles seules, ne rendent pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du dictionnaire lui-même.

Sans exclusive aucune, les recherches auxquelles nous vous proposons de vous associer porteront donc tant sur les sources de l’ouvrage que sur sa réception, sur les branches du savoirs que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours.

Pourquoi un « séminaire » ?

Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et chacun d’entre nous y a oeuvré à sa façon (articles, volumes, colloques, journées d’étude) et, la plupart du temps, dans son strict domaine de compétence. S’il nous paraît qu’un séminaire est nécessaire, c’est que l’Encyclopédie est, par définition, multiple, et qu’elle mérite qu’on lui consacre une réflexion collective, permettant une connaissance mutuelle et des échanges véritablement suivis entre spécialistes de champs ou de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (5 à 6 dans l’année) et aux débats qui s’y mèneront.

Lieux

Les séances du séminaires se tiennent à l’Obersatoire de Paris ou à l’Université Pierre et Marie Curie.

  • L’Observatoire de Paris, entrée par le 77 Bd Denfert-Rochereau (métro ou RER Denfert-Rochereau ou Port-Royal, Bus 38 ou 91), dans la salle Danjon (le premier atelier à droite en entrant par le 77) ou dans la salle du Conseil (Bâtiment Perrault, tout de suite à gauche en entrant par la terrasse donnant sur le jardin)
  • l’Université Pierre et Marie Curie, métro Jussieu , salle 413 (monter au 4e étage de la tour 26, qui est première à gauche en entrant sur le campus par la place Jussieu, prendre alors le couloir 26-16 jusqu’à la tour 16, puis le couloir 16-15).