Diderot, les Lumières et la cure thermale

Odile Richard-Pauchet donnera ce mercredi 18 octobre à Limoges une conférence sur le thème « Diderot, les Lumières et la cure thermale », dans le cadre d’un cycle « République et Santé ».

« On conçoit généralement les voyages comme un déplacement dans l’espace. C’est peu, remarque le grand explorateur Claude Levi-Strauss. Un voyage s’inscrit simultanément dans l’espace, dans le temps, et dans la hiérarchie sociale » (Tristes tropiques).

Il en est ainsi du retour de Diderot dans sa Langres natale à l’été 1770. C’est un long voyage harassant de deux jours en voiture de poste, pour ce philosophe devenu parisien. Mais c’est aussi un voyage dans l’espace social : il y accompagne deux amies aux eaux (très à la mode) de Bourbonne-les-Bains ; il vient marier sa fille à un fils de notable langrois ; il reprend aussi contact, dans cette Champagne « pouilleuse », avec la misère rurale, devenue bien abstraite depuis Paris. Enfin, c’est un voyage dans le temps : le philosophe y retrouve intacts ses vieux démons familiaux et sentimentaux. Tout cela, il s’efforce de le dompter par l’écriture, transformant en voyage d’étude scientifique cette odyssée mélancolique : « J’ai passé là une partie de mon temps à m’instruire ; des eaux, de leur nature, de leur ancienneté, de leurs effets, de la manière d’en user, des antiquités du lieu, et [j’en ai] fait une lettre à l’usage des malheureux que [leurs] infirmités pourraient y conduire » (lettre à son amie Sophie Volland, 23 août 1770).

Nous verrons comment l’Encyclopédiste envisage la cure thermale au temps des Lumières, ses bienfaits inexpliqués, son caractère de « placebo », son cortège de préjugés tenaces, et la faiblesse de la médecine en général. Ce qui est sûr, c’est que la meilleure partie de la cure, pour Diderot, c’est le voyage lui-même : « Les eaux les plus éloignées sont les plus salutaires, et le meilleur des médecins est celui après lequel on court et qu’on ne trouve point ».

 

Conférence Diderot, les Lumières et la cure thermale
Mercredi 18 octobre 2017 de 17h à 19h
Université de Limoges, rue C. Guérin, 39 E à Limoges.
Amphithéâtre Vareille
https://www.flsh.unilim.fr/events/event/conference-diderot-lumieres-cure-thermale/

Autour du ce sujet, Odile Richard-Pauchet a publié, de Diderot le Voyage à Bourbonne et à Langres ainsi que, en collaboration avec Christine de Buzon, les Actes de deux colloques qui se sont tenus à Limoges, Le corps et l’esprit en voyage : le voyage thérapeutique (2012), et Littérature et voyage de santé (2017).

Oser l’Encyclopédie !

Ce 12 octobre 2017 paraît en librairie l’ouvrage issu des travaux menés ces dernières années autour de l’Encyclopédie et de son édition critique (ENCCRE). Ce petit livre grand public est destiné à servir d’entrée dans la « forteresse » et à en accompagner l’usage numérique.
La présentation complète de l’ouvrage et la table des matières sont disponibles sur le site de l’éditeur.
 Vous pourrez acquérir un exemplaire lors de la présentation du 19 octobre.
Al. Guilbaud, M. Leca-Tsiomis, Ir. Passeron, Al. Cernuschi

Lancement de l’édition collaborative et critique de l’Encyclopédie

Chers membres de la Société Diderot,
Vous êtes invités au lancement de l’édition collaborative et critique de l’Encyclopédie (ENCCRE), qui aura lieu le 19 octobre 2017, sous la coupole de l’Académie, 23 quai Conti. La présentation commencera à 17h30, mais l’entrée se fait à partir de 16h30.
C’est l’aboutissement d’un travail important de longue haleine mené par une partie des membres de la Société Diderot et d’une collaboration internationale.
Une inscription préalable obligatoire est INDISPENSABLE, pour des raisons de sécurité. Si vous souhaitez vous joindre à nous, nous vous prions donc de communiquer votre nom à l’adresse enccre@academie-sciences.fr.
Venez nombreux, chers amis de Diderot et l’Encyclopédie !
Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron

Conférence : Le Neveu de Rameau et sa descendance internationale

La Société Diderot a le plaisir de vous inviter à la conférence que donnera Yoichi SUMI (U. Keio, Tokyo) ; elle aura pour titre « Le Neveu de Rameau et sa descendance internationale ».
La conférence aura lieu à Paris, le 24 octobre, à 18 heures, à l’université Pierre et Marie Curie (métro Jussieu), salle 413, 4ème étage, entre les tours 15 et 16.

La Mettrie : philosophie, science et art d’écrire

François Pépin nous annonce la parution en décembre de son nouvel ouvrage.

La Mettrie : philosophie, sience et art d’écrire, sous la direction d’Adrien Paschoud & François Pépin, Matériologiques, 2017 (ISBN 978-2-37361-129-8), 308 p. (liste des contributions sur le site de l’éditeur)

Julien Offray de La Mettrie (1709-1751) est une des figures les plus subversives du siècle des Lumières et l’un des premiers penseurs à se revendiquer matérialiste. Il fut d’abord médecin, auteur et traducteur de nombreux ouvrages médicaux et scientifiques et un écrivain, sans doute sous-estimé, sachant allier attaques ad hominem, ironie et déplacements subtils dans une volonté toujours réaffirmée d’ébranler toutes les formes d’orthodoxie. C’est à ces divers aspects, dont l’articulation n’est pas toujours aisée, que le présent ouvrage s’est intéressé. Il réunit des spécialistes de La Mettrie, de la philosophie du XVIIIe siècle, de l’histoire des sciences et de la littérature.

Les membres de la Société Diderot peuvent acquérir cet ouvrage au prix de 20 € (au lieu de 25 €), en envoyant un chèque à l’éditeur (Éditions Matériologiques, 51, rue de la Fontaine au Roi – 75011 Paris), en faisant référence à cette offre.