Anne-Marie Chouillet s’est éteinte le 14 mai 2016

Anne-Marie Chouillet, mars 2016Fondatrice de la Société Diderot et de la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, Anne-Marie Chouillet a œuvré toute sa vie pour la connaissance du grand dictionnaire des Lumières et de son principal maître d’œuvre. Spécialiste de Diderot et de l’Encyclopédie, elle le fut aussi de la presse du XVIIIe siècle, puis des études sur Condorcet et sur D’Alembert. Sa rigueur de mathématicienne, couplée au goût du bel ouvrage, a contribué à poser les fondations des œuvres complètes de ces derniers.

Instigatrice de nombreux travaux collectifs, dont la publication des grandes correspondances (D’Alembert, Condorcet), elle fut à l’origine de colloques parmi les plus novateurs sur ces sujets ; ainsi furent publiés le colloque international Diderot (1985), La matière et l’Homme dans l’Encyclopédie (1997).

Outre le Voyage à Bourbonne, à Langres et autres récits de Diderot (1989) et son Autour du Neveu de Rameau de Diderot (1992), elle a publié L’Almanach anti-superstitieux de Condorcet (1993), un très grand nombre d’études dix-huitiémistes, et d’importantes contributions à la grande édition des Oeuvres complètes de Diderot, dite « DPV », avec son époux, Jacques Chouillet.

Trésorière de la Société française d’étude du XVIIIe siècle, puis de la Société internationale, plus de vingt-cinq ans directrice de RDE, elle a aimé faire se rencontrer les chercheurs et rendre possible des réalisations au long court, scellées par l’amitié et la fidélité.

Si ces dernières années, sa santé ne lui permettait plus la même activité, Anne-Marie Chouillet reste associée au projet ENCCRE. En effet, le colloque qu’elle avait conçu et organisé – qui s’est tenu à Jussieu en 2001 – avait pour titre L’Encyclopédie en ses nouveaux atours électroniques : vices et vertus du virtuel (RDE, 2002). C’est de là que sont parties les réflexions, les critiques, les enthousiasmes, les déterminations multiples qui ont donné naissance à notre projet actuel. Les études sur Diderot et sur l’Encyclopédie doivent beaucoup à Anne-Marie qui avait su fédérer autour de la revue tant de chercheurs, littéraires ou mathématiciens, de tous pays et de toutes générations.

Merci, chère Anne-Marie !

D’Alembert dans les débats de son temps : appel à contribution

L’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières organise un colloque international pour le tricentenaire de la naissance de D’Alembert, qui se tiendra à Montpellier du 10 au12 octobre 2017.

Dans ce cadre, les organisateurs lancent un appel à contribution.

Co-éditeur avec Diderot de l’Encyclopédie, auteur d’une œuvre scientifique et philosophique considérable, D’Alembert (1717-1783) a joué un rôle intellectuel majeur au XVIIIe siècle. Sa pensée a contribué à construire l’identité des Lumières. En 1770, en compagnie de Condorcet, il se rend à Montpellier où il rencontre les membres de l’Académie, la seule en province à bénéficier de liens organiques avec l’Académie royale des sciences de Paris. Cette étape montpelliéraine permet aux deux savants de s’entretenir avec le chimiste Venel ou l’astronome de Ratte, mais aussi de poursuivre leur combat pour la justice auprès de magistrats éclairés de la ville.

Trois thèmes de recherches sont proposés.

Débats philosophiques, scientifiques et esthétiques

Il s’agit d’analyser les enjeux philosophiques de ses positions, de définir les goûts qu’il défend en matière de beaux-arts et d’étudier ses formes d’intervention (articles de l’Encyclopédie, éloges, discours académiques, écrits divers, correspondance…).

  • Les Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, l’Encyclopédie
  • Le théâtre, l’opéra, la musique
  • L’inoculation, le calcul des probabilités
  • La religion, l’histoire
  • D’Alembert et les académies

D’Alembert et l’Europe

Cette thématique propose d’explorer le dialogue de D’Alembert avec les hommes de lettres (philosophes, littérateurs, savants) sur le continent européen. Seront privilégiés :

  • L’étude des thèmes traités dans ces échanges, les moyens et les formes du dialogue
  • Les traductions des œuvres de D’Alembert jusqu’à nos jours
  • D’Alembert et l’Angleterre : quels rapports entretient-il avec la pensée et la science d’outre-Manche (Newton, Chambers, Bacon, Locke, Hume…) ?
  • Comment les différents types d’écrits (lettres, articles de l’Encyclopédie, ouvrages…) se combinent-ils ou non dans ce dialogue européen ?

Savoirs et société

On s’intéressera aux relations que D’Alembert établit entre la connaissance et la société.

  • L’œuvre de D’Alembert permet-elle de définir une conception du rôle du savant et du philosophe dans la société ?
  • Dans quelle mesure peut-on parler d’un « engagement » de D’Alembert ? D’Alembert polémiste et/ou analyste (éloges, Essai sur les gens de lettres, Destruction des jésuites…),
  • Quelles sont les modalités de cet « engagement » ?
  • Comment à travers les débats auxquels il participe ou qu’il organise, D’Alembert se construit-il comme « homme de lettres » et « philosophe » ? Quels rapports noue-t-il avec son lectorat si souvent évoqué dans ses œuvres ?

Propositions à envoyer à jean-pierre.schandeler@cnrs.fr et franck.salaun@univ-montp3.fr

IRCL – Université Paul Valéry, Site Saint-Charles, Route de Mende

34199 MONTPELLIER CEDEX 5.

http://www.ircl.cnrs.fr – ircl@univ-montp3.fr – Tél. : 33 (0)4 11 75 70 46

Voltaire dans l’Encyclopédie

La Société Diderot est heureuse de vous faire part de la parution d’un nouvel ouvrage dans la collection l’Atelier.

Olivier Ferret,  Voltaire dans l’Encyclopédie, Société Diderot, collection « L’Atelier, autour de Diderot et de l’Encyclopédie », 2016 (ISBN 978-2-9543871-0-9), 416 p. (Couverture)

Débutant à un moment où l’Encyclopédie affronte l’hostilité grandissante des autorités, la participation de Voltaire est annoncée avec un faste à la hauteur de sa célébrité et de son importance pour l’entreprise. Au-delà, en effet, de la quarantaine d’articles qu’il rédige, de nombreux autres s’inspirent de ses œuvres, dont ils reprennent souvent de larges extraits. Olivier Ferret étudie ici, dans toutes ses dimensions, la présence de voltaire dans le dictionnaire raisonné et met notamment en lumière le rôle déterminant de Jaucourt dans la diffusion des écrits voltairiens. Il éclaire ainsi la « manufacture » de l’Encyclopédie et montre comment celle-ci perpétue l’image d’un Voltaire poète et historien alors qu’il est en passe de s’imposer comme l’«oracle des nouveaux philosophes».

Olivier Ferret est professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’UMR 5317 (IHRIM). Ses travaux portent sur la littérature polémique du XVIIIe siècle, la diffusion du discours philosophique des Lumières et les Humanités numériques. Il participe aux éditions critiques des œuvres complètes de Voltaire et de D’Alembert, ainsi qu’à l’édition électronique de l’Encyclopédie (ENCCRE). Il a notamment publié La Fureur de nuire, Oxford, Voltaire Foundation, 2007.

Les membres en ordre de cotisation pour 2015 et 2016 peuvent acquérir un exemplaire au tarif préférentiel de 26 € (port inclus pour la France). Les commandes et les chèques peuvent être adressés au Trésorier de la Société :

François Prin (francois.prin[at]wanadoo.fr)
Société Diderot
c/o CIRPHLES-ENS- D’Alembert
29 rue d’Ulm
75005 Paris
France