Anne-Marie Chouillet s’est éteinte le 14 mai 2016

Anne-Marie Chouillet, mars 2016Fondatrice de la Société Diderot et de la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, Anne-Marie Chouillet a œuvré toute sa vie pour la connaissance du grand dictionnaire des Lumières et de son principal maître d’œuvre. Spécialiste de Diderot et de l’Encyclopédie, elle le fut aussi de la presse du XVIIIe siècle, puis des études sur Condorcet et sur D’Alembert. Sa rigueur de mathématicienne, couplée au goût du bel ouvrage, a contribué à poser les fondations des œuvres complètes de ces derniers.

Instigatrice de nombreux travaux collectifs, dont la publication des grandes correspondances (D’Alembert, Condorcet), elle fut à l’origine de colloques parmi les plus novateurs sur ces sujets ; ainsi furent publiés le colloque international Diderot (1985), La matière et l’Homme dans l’Encyclopédie (1997).

Outre le Voyage à Bourbonne, à Langres et autres récits de Diderot (1989) et son Autour du Neveu de Rameau de Diderot (1992), elle a publié L’Almanach anti-superstitieux de Condorcet (1993), un très grand nombre d’études dix-huitiémistes, et d’importantes contributions à la grande édition des Oeuvres complètes de Diderot, dite « DPV », avec son époux, Jacques Chouillet.

Trésorière de la Société française d’étude du XVIIIe siècle, puis de la Société internationale, plus de vingt-cinq ans directrice de RDE, elle a aimé faire se rencontrer les chercheurs et rendre possible des réalisations au long court, scellées par l’amitié et la fidélité.

Si ces dernières années, sa santé ne lui permettait plus la même activité, Anne-Marie Chouillet reste associée au projet ENCCRE. En effet, le colloque qu’elle avait conçu et organisé – qui s’est tenu à Jussieu en 2001 – avait pour titre L’Encyclopédie en ses nouveaux atours électroniques : vices et vertus du virtuel (RDE, 2002). C’est de là que sont parties les réflexions, les critiques, les enthousiasmes, les déterminations multiples qui ont donné naissance à notre projet actuel. Les études sur Diderot et sur l’Encyclopédie doivent beaucoup à Anne-Marie qui avait su fédérer autour de la revue tant de chercheurs, littéraires ou mathématiciens, de tous pays et de toutes générations.

Merci, chère Anne-Marie !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *